Hello ami lecteur !

J’ai fait une partie de Sandgrave il y a quelques jours (c’est dur de résister à l’appel de la mastaba) et pour meubler un peu plus la table de jeu, j’ai réalisé quelques décors en plâtre avec des moules Hirst Arts à thème égyptien.

Comme j’ai eu quelques contraintes de temps (genre finir les bricolage la veille de la partie), j’ai speedé un peu ces décors : c’est à dire que je les ai peints juste ce qu’il fallait pour qu’ils fassent illusion sur la table pendant la partie et j’ai remis la peinture des détails à plus tard (notamment parce que je n’étais pas encore sûr de savoir comment les peindre ces détails).

À présent que la partie est passée, il me faut reprendre ces décors et les compléter. Mais j’ai eu envie de prendre quelques photos et de les partager ici avant d’aller plus loin dans la peinture.

Le « mausolée »

Alors techniquement, ce bâtiment n’est pas un mausolée. C’est juste un simple bâtiment carré et rien de plus. Sauf que je l’ai conçu pour les besoins d’un scénario du livre de base de Frostgrave justement intitulé « Le Mausolée » : il faut un bâtiment de 6 pouces/15 cm de côté avec une porte au milieu de chaque mur. C’est donc ce que j’ai fait pour ce décor : il pourra servir de bâtiment spécial pour ce scénario, ou bien il servira de bâtiment normal pour toutes les autres parties.

Comme je le disais un peu plus haut, les murs ont été peints au plus pressé avec du beige et du blanc (l’éclairage est un peu fort sur les photos, désolé). Il me faut encore peaufiner un peu tout ça : reprendre l’encadrement des portes et les statues, salir tout ça avec des pigments, etc.

Le toit du bâtiment est amovible ce qui est plus pratique pour se balader à l’intérieur :


Les murs en ruine

Comme il est important de bloquer au maximum les lignes de vues dans Frostgrave afin d’éviter les séances de tir au pigeon, j’ai assemblé quelques murs plus ou moins délabrés.

Hop, des guerriers momies et une barbare viennent ici sur la photo pour vous donner une idée de la taille des murs :

Ces murs vont avoir besoin d’un petit coup de pigments ocres par-ci par-là pour les salir, puis je rajouterai un peu sable et de touffes d’herbes par endroits. Les décorations en bas-relief pourraient aussi recevoir un peu de couleurs. Mais avant de faire tout ça, je pense que je vais rajouter quelques murs ou murets supplémentaires pour obstruer davantage les lignes de vues.


L’estrade

Rien de tel qu’une plateforme pour barrer des lignes de vues et créer des élevations. Là en l’occurrence, j’ai simplement créé une estrade carrée toute bête avec 2 escaliers.

Comme pour les décors précédent, j’ai simplement peint la pierre naturelle sans rien d’autre, faute de temps. Maintenant, j’ai bien envie de mettre de la couleur sur cette estrade, mais je ne sais pas encore quel schéma je vais adopter. Vais-je peindre les petites dalles centrales ou bien les laisser telles quelles ? Quelle couleur choisir pour la bordure qui délimite le carré central ? Vais-je mettre de la couleur sur les côtés de l’estrade ? Bref, tant de questions et si peu de réponses…

Par contre, je sens que je vais produire quelques pièces supplémentaires en plâtre pour décorer les coins de l’estrade qui sont très nus pour l’instant (je parle des briques en angles aux quatre coins) ; il y a des pièces texturées dans mes moules hirst arts qui conviendraient bien.

Sinon, pour la petite info, l’estrade est creuse et on peut la retourner pour ranger les escaliers à l’intérieur. c’est plus pratique pour le stockage et le transport.

Avec des accessoires autour, c’est déjà un peu plus joli :

Les vases sur la photo ci-dessus sont en plâtre comme le reste du décor. Je compte en faire davantage à l’avenir pour en disséminer un peu partout.
Quant à la plante, c’est tout simplement de la végétation en plastique made in china pour les maquettes ferroviaires ou les maison de poupées. Idem pour les palmiers. Ça se trouve sur ebay pour deux francs six sous.

Pour l’anecdote, j’ai trouvé une technique intéressante pour ébarber les palmiers en plastique. En effet, ces derniers sont en plastique plutôt mou et difficile à gratter au couteau. Du coup la solution que j’ai découverte, c’est de passer les lignes de moulage à la flamme d’un briquet ou d’une bougie. La chaleur fait fondre le plastique et la ligne de moulage se rétracte sur elle-même, ce qui l’atténue nettement, voire la fait disparaître par endroits. Attention à ne pas se brûler les doigts !

Et maintenant, ces trois danseurs momies vont vous montrer la chorégraphie qu’ils ont préparée rien que pour vous…

Et c’est tout pour aujourd’hui ! Maintenant, je vais mettre le nez dans quelques bouquins d’Égypte Antique afin de trouver des idées pour colorer un peu ces décors.

À bientôt ! 🙂

Publicités