Hello ami lecteur,

Ces dernières semaines, un jeu de figurines a fait son arrivée dans mon petit groupe de joueurs que certains d’entre vous connaissent peut-être déjà :

Carnevale ? Kézako ?

Je vous fais la version courte : Carnevale est un jeu d’escarmouche qui se déroule dans une version fantastique de Venise à la fin du 18ème siècle. Un cataclysme surnaturel a ravagé l’Europe et une déchirure magique est dorénavant visible dans le ciel juste au-dessus de la cité des doges. Depuis, de mystérieux individus doués de pouvoirs magiques sont apparus tandis que des créatures surnaturelles (genre Dracula et des monstres lovecraftiens) se sont réveillées d’un long sommeil et ambitionnent de conquérir le monde.

Sous l’influence de la Déchirure dans le ciel, la Sérénissime bascule doucement dans la folie tandis que diverses factions ourdissent des complots retors et s’affrontent aussi bien dans les rues que dans les canaux.

Comme Carnevale se joue dans les ruelles de Venise, il convient d’avoir une table de jeu assez chargée de décors : des canaux sillonnés par des gondoles, de nombreuses maisons aux façades ornées de balcons, des ponts qui relient les rues, etc. Vous voyez l’image quoi.


J’ai fait l’acquisition de la boîte de démarrage le mois dernier. Elle contient le nécessaire pour jouer rapidement :

  • Des figurines divisées en deux factions
  • Des tuiles en carton fin pour constituer la table de jeu (elles sont imprimées recto-verso avec un motif d’eau/de rue)
  • Des décors en carton fin à plier pour faire des maisons
  • Les règles (c’est vrai que ça peut servir)
  • Un livret d’initiation qui propose une mini-campagne pour assimiler les règles progressivement
  • Divers accessoires : dés, gabarits, fiches de personnage, marqueurs, etc.

Une fois la boîte déballée, les règles feuilletées, les figurines ébarbées et patafixées sur leurs socles (oui, je suis un ouf : je joue avant de coller/peindre mes pitous) et les maisons mises en forme, j’ai fait quelques-uns des scénarios contenus dans le livret d’initiation avec mes amis. Et ce fut chouette.

Une gondole et ses occupants avancent lentement dans le canal.

Enthousiasmé par ce jeu, j’ai pris du temps la semaine dernière pour assembler et peindre des décors de ruelles que j’avais commandés en prévision de nos futures parties. C’est d’ailleurs l’occasion d’ouvrir une petite parenthèse : les rues imprimées sur les tuiles de jeu de Carnevale sont sympa mais elles sont quand même fichtrement plates.

Du coup, j’ai donc assemblé et peint ce set en MDF qui représente des rues :

Avec ces nouveaux décors couplés aux maisons en carton de la boîte de démarrage, on gagne du volume et en plus ça reste compatible avec les tuiles imprimées (leur verso ne comporte que de l’eau). Au final, c’est plus joli. Jugez plutôt :

C’est nettement mieux que les rues imprimées toutes plates ! Je me suis également pris des maisons en MDF pour plus tard, afin de remplacer petit à petit celles en carton (qui sont jolies mais manquent de relief).
Fin de la parenthèse sur les décors.


Dimanche dernier, j’ai sorti le matos pour jouer un des scénarios de découverte. L’objectif du scénario est simple pour moi : mes bonhommes de la Guilde doivent rester en vie jusqu’à la fin du 5ème tour, chaque figurine encore debout me rapportant 1 point de victoire.
Du côté de mon adversaire, ses Rashaar doivent accomplir des Exploits (‘Agendas’ en vo) : ce sont des objectifs secondaires qui, s’ils sont remplis, leur rapportent un point de victoire chacun.

Ça a également été l’occasion de prendre quelques photos. Attention les yeux : figurines en résine pas peintes. Mais j’ai une excuse car mes doigts étaient occupés à assembler et peindre les rues en MDF dont je parlais plus haut*. Et croyez-moi, ça m’a pris du temps ! Vous n’en voyez malheureusement qu’une fraction sur les photos.

*En fait, je crois que je devrais recruter quelqu’un pour peindre mes figurines pendant que je peins mes décors…

Au final, j’ai gagné la partie avec 4 points de victoire contre 2 pour mon adversaire : j’avais encore quatre figurines en vie à la fin tandis que les Rashaar ont réussi à accomplir 2 des Exploits qu’ils devaient exécuter (1- faire perdre 8pv à une figurine en une seule activation ; 2- tuer une figurine en la noyant). Ce fut une partie très sympathique.

Ce que j’aime bien en particulier dans Carnevale, c’est la simplicité avec laquelle on peut faire des acrobaties comme escalader des murs, enchainer des sauts périlleux ou bondir sur un ennemi situé en contrebas. Bon faut quand même réussir ses jets de dés pour ne pas se vautrer lamentablement… Et puis les combats ne se limitent pas au pain dans la figure : on peut aussi par exemple agripper un ennemi pour le projeter ensuite dans le canal et éventuellement le noyer dedans (c’est d’ailleurs la tactique préférée des amphibiens Rashaar).

En ce qui concerne les figurines, je ne vais pas les peindre tout de suite car la fin de l’année approche et j’ai des projets à boucler fissa. Mais en début d’année prochaine, je m’attaquerai à la peinture de mes bandes et je compte laisser tomber les socles en plastique qui étaient fournis avec pour privilégier des socles en acrylique transparent. Ce que j’ai déjà fait d’ailleurs pour les poteaux fluviaux rouge et blancs que vous avez pu voir sur les photos : ils sont collés sur des socles 20mm transparents parce que je n’aimais pas les socles en résine qui allaient avec. Je trouve ça beaucoup plus joli et immersif.

Sur ce, c’est tout pour aujourd’hui. Je reparlerai de Carnevale une autre fois. En attendant des figurines de morts-vivants égyptiens m’appellent sur mon établi de peinture pour que je les finisse…

À bientôt !