Table de jeu : les Bois Enchantés

Coucou,

Ces dernières semaines, mes projets de modélisme tournaient autour d’une table de jeu urbaine pour Anima Tactics, ce qui comprend une nappe de jeu avec des pavés imprimés, des décors de bâtiments, des caisses, des étals, une fontaine, etc. Ce projet n’a pas changé et je continue de temps à autre à bosser dessus.

Seulement, j’ai aussi une deuxième table de jeu pour AT qui débarque en ninja sur mon blog : les Bois Enchantés.

J’ai acquis il y a des mois de ça une nappe en pvc de chez Deep-Cut Studio avec un motif d’herbe verdoyante.

Cette nappe fait environ 90x90cm
Jugez le motif vu de près.

Cette nappe restait la plupart du temps dans son étui en carton jusqu’à ce que se profile l’opportunité de la sortir pour une partie de jeu avec un ami. Tant qu’à faire, il fallait bien préparer des décors pour la décorer. J’avais pour ça une collection d’arbres de la marque Ziterdes (plus quelques uns de chez GW) à rénover/socler.

J’ai donc passé un peu de temps à préparer tout ça pour avoir une belle petite table de jeu forestière.

Pensez à cliquer sur les photos pour les voir en plus grand ! 😉

Voici la nappe ainsi que les décors : 37 arbres, des rochers et une fontaine en ruine (que vous pouvez voir plus en détails sur mon ancien blog).

Pour un maximum de modularité, chaque arbre est soclé individuellement (à l’exception de 2 bosquets de 4 arbres).

Désolé pour la lumière intense sur la fontaine… ^^’
Et hop, une photo de la forêt en répartissant les arbres sur la nappe.
Me voici à présent avec un joli coin de nature à faire visiter mes figurine. 🙂
Ici un élémentaire de nature traverse la forêt.
Tandis qu’ici, une mystique s’entraîne à utiliser ses pouvoirs magiques (j’adore ce vortex translucide).
L’agent secret impérial, Vayl, erre dans les bois Enchantés.
Et ici, Vayl et la Colère de la Nature affronte un occultiste de l’Église qui draine le pouvoir magique contenu dans un mystérieux cercle mystique.

Voilà pour aujourd’hui. Je ferai prochainement un petit compte rendu d’une partie qui s’est déroulée au cœur des Bois Enchantés. 😉

Début d’une table urbaine avec un tapis de jeu et un entrepôt.

Aujourd’hui, c’est mercredi-modélisme !

L’écrasante majorité de mes parties d’Anima Tactics se sont déroulées sur un tapis de jeu du type « plaine ultra-classique, héritée de Warhammer Battle, vue et revue ad-nauseam ». La plaine herbeuse avec des décors naturels (colline, bois, etc.) et des ruines, ça va un moment, mais j’ai eu envie de changer de décor. Surtout qu’il n’y a pas QUE des plaines dans Gaïa. Il y a des tas de paysages intéressants à visiter.

Je me suis donc lancé dans le projet de faire une table de jeu urbaine qui pourrait représenter à peu près n’importe quelle agglomération de Gaïa : Archange la capitale du sacro-saint Empire, Du’Lucart la capitale du progrès et de la modernité, Américh la cité-libre sans foi ni loi, etc.

Le tapis de jeu

Pour commencer ce projet de table à thème urbain, j’ai fait l’acquisition d’une nappe de jeu sur le magasin en ligne de Deep-Cut Studio.


Si vous ne connaissez pas déjà ce site et que vous pourriez être intéressé à l’avenir par un tapis de jeu pour pousser vos pitous, mettez-le donc dans vos favoris pour le visiter attentivement plus tard.

Deep-Cut Studio (DCS) est une boîte lituanienne qui propose diverses nappes déclinées en différents formats (principalement du 90×90, 120×120 et 120×180) et en divers matériaux (PVC, tissu, tapis de souris). DCS prend aussi des commandes personnalisées (par exemple pour rajouter un quadrillage sur votre nappe).

Personnellement, je conseille à ceux qui seraient intéressés par l’achat d’une nappe de laisser tomber le PVC. C’est le moins cher, mais :

  • Il ne se déroule pas très bien une fois sorti de son étui en carton (j’ai dû scotcher une nappe à la table pour qu’elle reste plate).
  • Ne le froissez/pliez surtout pas car il en gardera les marques.

Si on oublie le PVC, il reste le tissu et le tapis de souris. Personnellement ma préférence va au tissu : moins cher que le tapis de souris, il se transporte et se range plus facilement. Une fois plié et rangé dans sa pochette, il prend pratiquement zéro place.

20170525-01
Comme vous pouvez le voir, tant qu’il est plié et rangé dans sa pochette, le tapis est à peine plus large qu’une feuille A4.

Bref, mon choix s’est porté sur la nappe « Cobblestone ». Voyez donc :

Une grande surface pavée de 120x120cm.
De jolis pavés sur lesquels bâtir ma ville.

Voici une petite photo naze un petit aperçu de la nappe avec une figurine de référence dessus (et une fontaine dont je reparlerai dans un prochain article) :

Voilà pour le tapis de jeu. Maintenant, il reste à meubler toute cette surface avec des éléments urbains. Genre des bâtiments (exemple pris au hasard hein).

L’entrepôt

Pour ça, j’ai jeté mon dévolu sur un entrepôt en HDF vendu par la marque Micro Art Studio. C’est un bel ouvrage qui est composé d’un rez-de-chaussée, d’un étage et d’un toit, tous amovibles.

Mon seul regret concernant cet entrepôt, c’est qu’il est tout de même assez cher (~50€ quand même !). On peut trouver moins onéreux chez d’autres fabricants comme TT Combat. Cela dit, l’entrepôt de Micro Art Studio reste de qualité supérieure à mon humble avis.

Maintenant que l’assemblage et le collage sont faits, il reste la peinture :

Après une sous-couche blanche d’apprêt, j’ai effectué les premières couches avec un aérographe pour les grandes surfaces et au pinceau pour les zones délicates.

(On peut aussi utiliser l’entrepôt sans l’étage supérieur)

Après l’extérieur, il faut aussi barbouiller l’intérieur. Et c’est long… De toute évidence, vu la quantité de peinture à utiliser, il vaut mieux privilégier l’achat en magasin d’art ou de bricolage.
Une vue de l’intérieur après quelques couches de peinture plus tard…

La façade de l’entrepôt recevra plus tard le nom de l’entreprise en lettres peintes.
Ici, on peut voir que la trappe du toit n’est pas encore peinte. Ça viendra…
Les rainures horizontales du toit ont été tout simplement repassées au stylo bic noir.
Les fenêtres recevront plus tard des feuilles de plastique transparent pour représenter des vitres. Le pan de mur à gauche porte la marque d’un morceau à détacher (pour y placer une porte optionnelle). Je vais tâcher de cacher ça plus tard en y collant une grande affiche de théâtre par exemple.

L’entrepôt est bien avancé, il est même presque terminé et déjà présentable pour des parties de jeu. Que me reste-t-il à faire à présent ?

  • Des retouches de peinture ça et là (j’ai des angles et des recoins pas bien terminés)
  • Des traces d’usure par endroit : de la peinture éraflée, de la rouille, de la saleté, etc.
  • Peindre en grandes lettres blanches le nom de l’entreprise au dessus de la porte d’entrée.
  • Coller des vitres aux fenêtres.
  • Imprimer et coller une (voire plusieurs) affiche sur le mur de briques.
  • Peindre et ajouter les portes, ainsi qu’une passerelle.

Mine de rien, j’ai encore du pain sur la planche. Vous reverrez donc l’entrepôt plus tard sur ce blog quand il sera fini. ^_^