Escarmouche dans les Bois Enchantés

Hello !

Ces derniers temps, je n’ai parlé pratiquement que de Warhammer. Pour changer un peu, voici un retour d’une partie d’Anima Tactics qui s’est déroulée dans les Bois Enchantés.

Les forces en présence étaient une bande de héros de la Lumière et un groupe d’agents de l’Église.

La Lumière :

L’Église :


Avant que la partie ne commence, on place le décor, puis on procède au déploiement aléatoire : la Lumière et l’Église positionne chacun leur tour des jetons numérotés (il y a autant de jetons que de personnages à déployer).

Tous les jetons de déploiement aléatoire ont été disposés : les personnages se sont perdus de vue dans ces bois mystérieux qui semblent chercher à égarer les voyageurs.
La fontaine au centre de la table est un élément de décor spécial : tous les personnages qui seront au contact ou à proximité immédiate pourront récupérer des points de vie.
La fée des neiges, Yuki onna, est déployée.
Puis c’est au tour de l’agent générique de l’Église.
…Ensuite Damien, l’inquisiteur
… puis Anna Never (qui n’est qu’une simple « fille de marchand » et certainement pas un personnage très important qui se promène incognito) et MacBeth (près de la fontaine)
Justina l’inquisitrice qui peut littéralement voir les péchés des gens. Très peu sont innocents à ses yeux.
Sainte Sarah Reindhold qui participe à cette mission pour soutenir ses collègues avec ses dons mystiques.
« Anaximenes » n’est qu’un des nombreux noms de cet étrange vagabond qui n’est en réalité rien de moins qu’un ancien et puissant Kami ayant revêtu une forme humaine pour voyager dans Gaïa.
Le déploiement est terminé et les personnages peuvent à présent retrouver leur chemin maintenant que les étranges phénomènes paranormaux de la forêt ont cessé.
Anaximenes contourne un bosquet pour se rapprocher de la fontaine.
Sentant le danger, Sarah (qui se trouve de l’autre-côté de ladite fontaine) invoque une Colère de la Nature qui se matérialise dans un tourbillon de magie.
La fée de la neige se rapproche à son tour…
La fée de la neige étant une créature mystique, elle constitue une proie de choix pour Justina…
…mais MacBeth, le chevalier sacré, s’interpose.
La Colère de la Nature commence à s’intéresser à son tour à l’élémentaire de neige.
L’inquisitrice vêtue de cuir rouge et l’armure hantée de MacBeth échange des série de coups.

Après s’être désintéressé de la fée de neige, l’élémentaire de nature préfère s’attaquer à Anna Never qui est seule face à ce Goliath fait de terre, de pierre et de magma.
Pendant ce temps-là, Anaximenes s’est chargé de l’inquisiteur Damien…
Damien n’a pas su faire le poids face à un maître martial qui maîtrise notamment la boxe de l’ivrogne à la perfection.
Yuki est tombée KO face à quelques attaques de l’Agent (aidé par Sainte Sarah).
Le duel dure toujours entre Justina et MacBeth sans que l’un ou l’autre ne parvienne à prendre l’avantage.
Sainte Sarah et l’agent utilisent leurs prières et leurs pouvoirs mystiques pour soutenir leurs alliés.
Bien qu’elle se soit vaillamment battue, Anna Never ne peut pas contenir la fureur de la Colère de la Nature. Après avoir énervé le colosse, celui-ci effectue soudainement un enchaînement de coups dévastateurs qui neutralisent complètement l’adolescente.
Le duel Justina-MacBerth commençant à trainer, Anaximenes se faufile à toute vitesse à travers les arbres pour prêter main forte à son allié. En vain, ce dernier a finalement réussi à mettre Justina KO après avoir lui-même subi de nombreuses blessures.
Anaximenes, qui est particulièrement mobile, en profite alors pour éliminer l’agent (générique) de l’Église.
La partie touche à sa fin et il ne reste plus que deux personnages par camp : Sarah et la Colère contre Anaximenes et MacBeth.
La Colère de la Nature se positionne pour pouvoir intercepter toute charge qui menacerait sa maîtresse…
…mais cette précaution est vaine face à Anaximenes qui se faufile jusqu’à Sarah grâce à sa technique de l’ivrogne et l’assomme net.
Le silence retombe sur les Bois Enchantés tandis qu’il ne reste plus que la Colère de la Nature à être encore debout dans le camp de l’Église.
L’élémentaire de la nature attaque Anaximenes pour venger Sainte Sarah, mais échoue face à la défense impénétrable du maître martial.
La partie se termine tandis que la Colère de la Nature se dissipe lentement, sa maîtresse et invocatrice n’étant plus là pour maintenir son essence sur Gaïa. L’escarmouche se solde donc par une victoire des héros de la Lumière qui contrôlent dorénavant les Bois Enchantés !

 

Vayl, le chevalier maudit par les aiguilles du Temps

En ce moment, j’ai plusieurs projets en cours qui attendent d’être achevés, notamment ma participation au concours tirmestriel du forum Warmania dont je parlais dans mon précédent article.

Pour patienter en attendant de voir le résultat de mes barbouillages, voici aujourd’hui la peinture d’une figurine Anima Tactics : Vayl, un agent secret au service de l’Empire d’Abel.

(Vous pouvez cliquer sur les photos pour les agrandir)

Vayl était auparavant un assassin au service du renseignement de l’Empire. Il fut sélectionné pour ses aptitudes physiques et pour son sang très particulier : il est un descendant direct d’un grand prétorien de la civilisation disparue de Salomon. Grâce à la lignée de son sang, il est capable d’activer une redoutable relique de combat qui date de l’âge d’or de Salomon, les Lames de Chronos.

Les Lames de Chronos possèdent le pouvoir de modifier la perception du temps. Quand il les active, Vayl voit le monde se ralentir, presque au point de se figer complètement. Chaque seconde de temps « réel » représente des heures pour Vayl, ce qui lui permet de d’anticiper aisément les attaques de ses adversaires. Du point de vue d’un spectateur, Vayl possède des réflexes tout bonnement surhumains.

Mais quand il active ce pouvoir fabuleux, il y a un inconvénient : même le corps de Vayl est ralenti. Seul son esprit continue de penser à vitesse normale (ou plutôt à vitesse accélérée pour le reste du monde). Donc quand Vayl active ce pouvoir, il devient prisonnier de son propre corps pendant un temps qui semble être des heures, voire des jours ou des semaines. Il n’a besoin que de quelques secondes par « heure » pour ajuster ses mouvements de combat en fonction de ceux de ses adversaires. Le reste du temps, son esprit est piégé dans la prison de sa chair.

Pour ne pas devenir fou quand il est piégé dans son propre corps à cause du pouvoir des Lames de Chronos, Vayl a trouvé un passe-temps mental pour occuper son esprit : il compose de la poésie. Ce loisir lui permet de profiter pleinement de l’abondance de temps qu’il a à sa disposition lors des combats où il se sert de ses épées technomagiques.

Mais les Lames de Chronos possèdent un autre inconvénient majeur : plus il utilise leur pouvoir, plus Vayl vieillit. Alors qu’il n’a que vingt-quatre ans, son corps en a pratiquement soixante. Ce n’est que lorsqu’il active les Lames que le corps de Vayl récupère sa vigueur naturelle. Et lorsque leur pouvoir cesse de faire effet, son corps vieillit à un rythme surnaturel pour récupérer le décalage de temps.

À cause de ce fardeau, Vayl déteste ses armes. Mais des sacrifices sont parfois nécessaires pour servir les idéaux de l’Empire…

Depuis la crise récente connue sous le nom de la Rupture des Cieux (qui a vu la mort du précédent empereur ainsi qu’une guerre effroyable et des massacres inutiles), Vayl et ses compagnons d’armes ont été écœurés par la tournure des évènements et ont quitté les services de l’Empire.

Depuis peu, Vayl a été contacté par un ancien camarade pour reprendre du service. Mais cette fois-ci il ne s’agit plus d’espionner et d’assassiner mais plutôt de rejoindre une nouvelle organisation secrète qui a été créée par l’Impératrice-enfant qui a récemment accédée au trône : la Main de l’Impératrice.

La Main de l’impératrice est un organisme secret qui a été mis sur pieds dans un but précis : identifier et neutraliser les grandes menaces qui pèsent sur l’humanité et sauver le monde de la destruction.

Cela implique par exemple de retrouver et désarmer des armes technomagiques de destruction massive (comme des ogives nucléaires) qui ont fabriquées pendant l’époque mythique de Salomon. Celles-ci sont cachées à divers endroits du monde et des personnes mal intentionnées sont justement à leur recherche…

Malgré les années, malgré les regrets, malgré les désillusions et la déchéance de son idéalisme, Vayl a immédiatement accepté cette nouvelle mission. Pour lui qui a donné sa vie et sa jeunesse à l’Empire, il est crucial que tous ses sacrifices ne soient pas vains.

Quoi de neuf chez le Golem ?

Un bref article aujourd’hui pour parler de ce qu’il se passe dans mon atelier.

Tout d’abord, je continue à expérimenter avec les sphères volantes magiques. Cette fois-ci, je joue avec des perles en bois d’un calibre un peu plus gros que la dernière fois (20 mm au lieu de 16) et de la pâte texturée Agrellan Earth de chez Games Workshop pour produire cette orbe d’énergie surnaturelle à la surface craquelée.

Il me faut préciser que j’ai dû recourir à de la laque à cheveux et 2 couches de peinture noire à la bombe avant de pouvoir commencer à peindre cette sphère : les « écailles » de la pâte texturée avaient tendance à se décoller, il me fallait donc « sceller » un peu tout ça avant de pouvoir peindre.

Me voici donc avec une sorte de boule de feu magique de couleur bleu-vert ainsi qu’une étrange sphère rougeâtre et les deux explosent dès qu’un intrus franchit leur périmètre.


Ensuite, j’ai récemment peint une figurine Anima Tactics : Lilith.

Lilith est l’une des quatre gardes du corps de l’impératrice du Sacro-Saint Empire d’Abel. En termes de jeu, elle compte comme un personnage Leader et possède de grosses capacités de soutien grâce à sa maîtrise de la magie.

Lilith manie une arme particulière : une épée-fouet (de toute évidence inspirée d’un certain personnage de Soul Calibur).


Et pour terminer, mon prochain projet de peinture sera dédié aux elfes noirs (encore). Des sœurs du massacre viennent de se joindre à mon armée, il me faut donc les peindre.

Ces redoutables guerrières sont des gladiatrices qui délaissent parfois les arènes de combat pour rejoindre une armée et partir à la bataille afin d’affiner leurs compétences martiales. Elles sont facilement identifiables grâce aux masques grimaçants qu’elles portent et elles se battent toujours avec des fouets barbelés et des rondaches tranchantes.

Un joyeux programme en perspective donc.