[AoS] Port Stellis : introduction

Hello,

Ce billet va être un peu particulier. Plutôt que de vous montrer des photos de figurines peintes, je vais vous parler d’un projet de modélisme et peinture que je prépare pour Age of Sigmar avec un peu de fluff fait-maison pour accompagner.

Tout d’abord, histoire de mettre les choses en contexte, j’ai pas mal de de figurines de la grande alliance de l’Ordre :

  • Des nains/duardins bien entendu, mais je les ai déjà tous peints.
  • Des elfes noirs/aelfs. J’en ai peint une partie mais il m’en reste plein de non-peints (notamment des corsaires et des chevaliers draconiques)
  • Des foudreforgés, ceux de la boîte Blightwar qui attendent d’être assemblés et peints (ça viendra les p’tits gars, un peu de patience et vous pourrez accomplir la volonté de Sigmar sur la table de jeu).
  • Et puis il y en aura sûrement d’autres à l’avenir : addict au plastique gris un jour, addict pour toujours…

En ce qui concerne les figurines d’elfes noirs que j’ai peintes, ça fait un moment que je me fais une réflexion : je me suis contenté de suivre à peu près les schémas de couleurs officiels des elfes noirs du Vieux Monde (avec du violet typiquement druchii sur les vêtements). En fait, j’ai pas cherché à être original, j’ai juste cherché à reproduire les photos officielles… Et ça manque justement d’intérêt. Aucune originalité, aucune « appropriation » des figurines.

C’est pourquoi une idée a germé dans mon esprit depuis quelques temps déjà (depuis le moment où je me suis décidé à écrire cet article là) : briser le « carcan » de Naggaroth et faire basculer mes figurines dans l’univers d’AoS et les Royaumes Mortels où je leur donnerai un background et des schémas de couleurs inédits.

Avec AoS, tout est permis. Dans les Royaumes Mortels, il y a toute la place nécessaire pour y garer son fluff personnel. Un peu comme dans Warhammer 40.000 où on peut inventer des planètes à sa convenance pour l’historique de son armée.

De surcroît, Games Workshop encourage justement les joueurs à concevoir leurs propres cités-libres dans les Royaumes Mortels. Autant dire que les joueurs/collectionneurs/peintres ont le feu vert.

Mes aelfs (corsaires-fléau et ordo serpentis) vont donc rejoindre les foudreforgés pour former le début d’une grande armée mixte de l’Ordre sous la bannière de leur cité-libre : Port Stellis.


Port Stellis : c’est quoi ?

C’est une cité portuaire située sur la Côte des Espoirs Fugaces, dans l’un des domaines d’Ulgu, le royaume des ombres. La Côte des Espoirs Fugaces est une région particulièrement sombre : il y fait nuit pendant la moitié de l’année. Et même si le cycle du jour et de la nuit reprend son cours normal pendant l’autre moitié de l’année, le ciel diurne demeure triste et grisâtre comme un matin d’automne froid.

Port Stellis étaient originellement un campement de corsaires aelfs mais il s’est rapidement développé jusqu’à devenir une cité fortifiée grâce à l’afflux de colons humains, duardins et aelfs. À ce jour Port Stellis est devenu le foyer d’environ 100.000 habitants et ce nombre continue de croître progressivement.

La Cité-libre et la région environnante possèdent de nombreuses particularités qui en font un endroit fascinant et un point stratégique pour l’alliance de l’Ordre.

Quelles factions y a-t-il à Port Stellis ?

Voici une liste des principales factions de l’Ordre qui sont actuellement présentes à Port Stellis (d’autres pourraient venir quand la cité aura gagné davantage d’importance).

  • Collegiate Arcane
  • Dispossessed
  • Free Peoples
  • Order Serpentis
  • Scourge Privateers
  • Stormcast Eternals

Les autres factions de l’Ordre ne sont pas nécessairement absentes de Port Stellis mais elles n’ont tout simplement pas assez de membres en ville pour être considérées comme de « vraies factions ».

Maintenant, voyons les particularités de Port Stellis.



Les corsaires et la Porte de l’Océan d’Étoiles

La première caractéristique spéciale de la ville, c’est qu’il y a une énorme Porte de Royaume au milieu de la baie. Elle mène indirectement au royaume d’Azyr. Comme cette Porte est située à même la surface de l’eau, une embarcation est nécessaire pour la franchir. Toutefois il est patriculièrement dangereux de passer ce portail car avant d’arriver en Azyr, il faut d’abord naviguer à travers un mystérieux espace intermédiaire qui sépare le royaume des cieux de celui des ombres : l’Océan d’Étoiles.

L’Océan d’Étoile est une vision splendide à couper le souffle : un ciel étoilé, sans aucun nuage ou aucune pollution lumineuse, et un océan lisse comme un miroir qui reflète parfaitement le ciel. Quand un bateau traverse la Porte et entre dans l’Océan d’Étoile, c’est comme s’il flottait à travers le cosmos. Tout est calme et silencieux tandis que l’on peut admirer les étoiles  qui scintillent et les magnifiques nuages de poussière interstellaire. Cependant l’Océan d’Étoile est à priori infini et donc particulièrement dangereux : si un capitaine se perd ou ne connaît tout simplement pas la voie secrète dissimulée parmi les étoiles, alors il ne pourra plus jamais revenir. Le navire errera et sera perdu à jamais…

À ce jour, seuls les corsaires aelfs de la Côte des Espoirs Fugaces connaissent le chemin secret à travers l’Océan d’Étoiles jusqu’à l’autre Porte de Royaume. Et même là, ils ont besoin de la bénédiction de Sigmar pour ouvrir la portail vers Azyr. Il faut d’ailleurs noter que ces aelfs vénèrent Sigmar sous l’aspect de Silmaris, dieu du cosmos, seigneur des tempêtes et gardien de l’Océan d’Étoiles.

Comme les corsaires sont les seuls à pouvoir naviguer depuis Port Stellis jusqu’à Azyr et transporter des marhandises et des passagers, ils jouissent d’une énorme importance en ville et sont l’une des factions les plus influentes. La capitaine Naritha Noirfreux est la plus puissante d’entre eux : elle commande (directement ou indirectement) presque tous les corsaires aelfs de la Côte des Espoirs Fugaces.

Les Mines Scintillantes et les mineurs duardins

À une demie-journée de marche de Port Stellis se trouvent les Mines Scintillantes. Il s’agit d’un réseau de galeries souterraines dans lesquelles des mineurs duardins extraient une pierre précieuse qu’on appelle de la clariæ. C’est une gemme irisée qui émet une lumière faible et scintillantes, un peu comme une étoile.

Les gemmes de clariæ sont la première marchandise d’exportation de Port Stellis, mais il y a aussi de nombreux bijoutiers en ville qui se sont spécialisés dans la taille de ces pierres et qui en font de magnifiques bijoux. Les magiciens de la Guilde des Astromanciens sont également très intéressés par ces gemmes et ils les étudient activement car ils pensent qu’elles pourraient posséder des propriétés magiques.

Les duardins du Syndicat des Mineurs s’enorgueillissent de fournir la première source de richesse de la ville et par conséquent ils possèdent beaucoup d’influence dans Port Stellis. Bien qu’ils souhaiteraient pouvoir mener leurs affaires sans devoir passer par les corsaires aelfs, ils ont tout de même besoin des ces derniers pour exporter leurs marchandises vers Azyr. Actuellement le Syndicat est dirigé par Barik Van Bier, le duardin le plus riche de la ville, qui porte des bagues de clariæ à chacun de ses neuf doigts. On raconte qu’il est devenu richissime pendant sa jeunesse en découvrant une gemme de la taille d’un melon tandis qu’il creusait dans les tunnels plus profonds de la mine.

Le Fort d’Orage des Champions Stellaires

Une garnison d’éternels foudreforgés est présente à Port Stellis. Ce sont les Champions Stellaires, un des Ost-Tempêtes de Sigmar. Leur signe particulier le plus frappant est le fait qu’ils portent des armures sombres parsemées d’étoiles. Leur chef est le noble Seigneur Aquilor Andras Lamedargent.

La mission des Champions Stellaires est non-seulement de protéger Port Stellis et de la préserver de tout corruption du chaos, mais aussi de cartographier la région de la Côte des Espoirs Fugaces et de pourchasser les étranges monstres sauvages qui pourraient devenir des menaces si jamais ils devaient s’approcher un peu trop de la ville. Parfois ces foudreforgés sont accompagnés par des corsaires aelfs qui sont toujours intéressés pour chasser et capturer des monstres.

L’Ordo Serpentis

Un détachement de l’Ordo Serpentis est posté à Port Stellis. Ces chevaliers sont commandés par Sicath Cœursombre, un vieux dynaste aux cheveux blancs qui projette de reconquérir son ancien fief tombé aux mains des barbares chaotiques. Quand l’Âge du Chaos était venu, il n’avait pas eu d’autre choix que de fuir avec ses soldats vers Azyrheim car les légions ennemies étaient bien trop nombreuses. Mais après plusieurs siècles d’exil, il entend bien prendre sa revanche… D’ailleurs ses anciennes terres ne se trouvent qu’à environ une semaine de marche de Port Stellis. Pour le moment ses soldats passent leurs journées à s’entraîner et à défendre la cité en collaboration avec la milice en attendant le jour où ils seront enfin prêt à accomplir leur mission. Régulièrement de nouveaux chevaucheurs de rejetons draconiques arrivent à Port Stellis par bateau, via la Porte de l’Océan d’Étoile, pour se joindre à la cause de Sicath et lui jurer loyauté.

Sicath est secrètement soutenu par des sorcières des Sabbats Ténébreux qui attendent également leur heure pour reprendre leurs territoires en Ulgu. Elles se servent du dynaste pour « sonder » le terrain et évaluer la situation. Si jamais Sicath est victorieux dans la reconquête de son domaine, alors ces sorcières viendront à leur tour en Ulgu avec leur soldats pour mener la guerre à leurs ennemis.

La Guilde des Astromanciens

Port Stellis est le foyer de la célèbre guilde des Astromanciens. C’est un collège de magiciens qui cherchent à apprendre et maîtriser la magie des cieux (bien qu’une minorité d’entre eux choisissent plutôt la magie des ombres). La guilde est dirigée par le Grand Mestre Caius Lorentius, un érudit particulièrement sévère qui possède son propre Hurricanum céleste.


Voilà pour le moment, le background de la ville s’étoffera davantage plus tard.

Mes figurines de foudreforgés, de corsaires, de chevaliers draconiques, etc. seront donc peints en ayant en tête ce background au thème étoilé.

En prévision, j’ai d’ailleurs passé une commande pour un tapis de jeu qui correspond plutôt bien au type de terrain que je peux imaginer autour d’une cité d’étoiles dans le royaume des ombres :

J’ai hâte que ce tapis arrive !
Sur ce, à bientôt !

Les nains partent en guerre

Hello !

À l’occasion d’une bataille le weekend dernier, j’en ai profité pour déployer mes nains et les prendre en photos maintenant qu’ils sont réunis sur le champ de bataille.

(Vous pouvez agrandir les photos en cliquant dessus)

La photo de groupe
Les haches téméraires
Les héros nains : le Thane, le Tueur de Dragon (ainsi que sa version « prisonnier ») et le Seigneur des Runes.
Les Casques de Bronze
Les prospecteurs d’or
Les fusiliers de Khazid Rhyn
Le canon et ses servants
Grimm Burloksson
Le gyrobombardier
L’assaut est donné par le Thane : il est l’heure de régler quelques vieilles rancunes…

Et voilà, c’est terminé pour les nains. Normalement, je ne me prendrai plus d’autres figurines de petits bonhommes barbus (ou alors pas avant très looongtemps) car j’ai d’autres armées qui attendent leur tour (dont les elfes noirs et Khemri).

À bientôt ! 🙂

Les pales vrombissent, les explosions retentissent et la guerre ne change jamais

Bon ça fait un petit moment que je n’ai rien posté ici. Je vais remédier à ça !

Aujourd’hui, je vous montre une figurine qui est terminée depuis une bonne semaine déjà : le gyrobombardier nain.

(Vous pouvez cliquer sur les photos pour les agrandir, ce qui est toujours pratique. Par contre ça ne sert à rien d’essayer ceci sur votre pénis ou vos seins, ça ne marchera pas.)

Le gyrobombardier est pourvu de plusieurs rangées de bombes prêtes à être larguées sur la margoulette des ennemis.

J’adore la tige à rotule qui permet de positionner l’hélico comme on veut !

Avec cette dernière figurine, j’ai totalement terminé mon armée de nains ! Terminé ! Fini ! Done ! Terminado ! Finito ! Ça fait 51 figurines de peintes qui vont dorénavant dans la vitrine entre deux parties de jeu. Il y en a pour 1.060 points de jeu, ce qui est parfait pour des parties rapides.

Comme j’ai intégralement peint mes nains, je m’octroie du coup un petit « su-sucre » pour me récompenser : j’augmente mon plafond d’achat de figurines de +5 pitous.
À l’heure où j’écris ces lignes, j’ai peint 90 figurines et me suis débarrassé de 63 figurines superflues, soit un total de 153 figurines en moins dans mon stock de pitous non-peints. Si on divise ça par 10, ça nous donne 15,3. Soit le nombre de figurines que je peux me permettre d’acheter en suivant mon principe du « 1 figurine achetable par tranche de 10 figurines peintes ou revendues ». Et bien cette limite passe donc à 20,3 !

Quand j’aurai l’occasion de bénéficier d’un bon éclairage, je ferai une photo de groupe pour toute mon armée. Pour l’instant le temps est gris, pluvieux et morose, donc c’est pas gagné…

Pour l’information, je me remets à peindre des elfes noirs en ce moment. Comme ça vous aurez une petite idée de ce viendra prochainement. 😉

Sur ce, à bientôt !

Avant-dernière fournée de nains

Comme le titre l’indique, je touche à la fin de la peinture de mes nains !
En route pour les photos !

(Comme d’hab’, cliquez sur les photos pour les voir en plus grand si vous voulez)

Je démarre avec une figurine qui vient compléter les prospecteurs d’or : le chariot des mineurs.


Ci-suit un célèbre héros nain : Grimm Burloksson, le maître-engingneur.


Vient à présent mon seigneur des runes, Norin :


Et pour terminer cette série, voici une figurine bonus : la version « ligotée » de Borri le Tueur. Il me servira de pion objectif, par exemple dans un scénario de jeu où il faut aller le libérer.


Il ne me reste plus qu’à terminer mon gyrobombardier et toute l’armée sera terminée ! Je vous ferai une photo de groupe appropriée sur une table de jeu. 😉

Des renforts pour les nains

Hello,

Mon armée de nains pour Age of Sigmar se complète tranquillement et j’arrive bientôt au bout de la peinture. « Je commence à voir la lumière au bout du tunnel ! » comme disent les prospecteurs nains. 😀

Je commence avec le chef des troupes, le Thane Godri Tonnefeu !

(Comme d’hab’, vous pouvez cliquer sur les photos pour les agrandir)


Vient ensuite le Tueur de Dragon, Borri, qui a juré de trouver une mort héroïque au combat pour restaurer son honneur :

De toute évidence, Borri ne s’embarrasse pas de protection (ni même de vêtements !)


Et que seraient des nains sans artillerie lourde ? Ce serait évidemment inimaginable, donc voici un canon qui incitera même le plus mollasson des gobelins à se remuer les fesses et à fuir dare-dare !


Il me reste donc à peindre :

  • Grim Burloksson, le célèbre maître engingneur
  • Un Seigneur des runes (indispensable !)
  • Un chariot des mineurs (qui contient toutes leurs charges explosives)
  • Un gyrobombardier (parce qu’on n’a jamais trop d’explosifs dans son arsenal)
  • En bonus : une version « ligotée » de Borri le Tueur de Dragon

Au moment où j’écris ces lignes, j’ai commencé à barbouiller Grim Burloksson tandis que la peinture du Gyrobombardier est bien avancée et il est bientôt fini :

 

Les casques de bronze

Hello !

La peinture de mon armée de nains se poursuit, aujourd’hui je vous montre ma quatrième unité peinte (ce qui porte le total à 40 mine de rien). Il s’agit à nouveau de guerriers nains provenant de la Bataille au Col du Crâne.

Comme d’hab’, vous pouvez cliquer pour agrandir les photos.

20170804-06

Tout comme leurs prédécesseurs, ils ont fait une trempette dans le Quickshade avant de recevoir du vernis mat en bombe aérosol. Ce coup-ci, je suis ravi du résultat avec le vernis mat : absolument aucune figurine ne s’est retrouvée ternie ou légèrement blanchie à cause du produit. Il y en a bien quelques unes qui sont encore un peu brillantes par endroits à cause du Quickshade (le vernis mat n’a pas atteint ces endroits), mais rien de gênant ou disgracieux.

20170804-07
Le trio de commandement : un champion à la barbe blanche, un porte-icône et un musicien.
20170804-08
Trois guerriers lambda.

Avec cette unité, le plus gros de mon armée de nains est terminé. il me reste à présent à peindre :

  • Un canon et ses trois artilleurs (issus de la Bataille au Col du Crâne)
  • Un Thane nain (idem)
  • Un Tueur de Dragon (idem)
  • Un Seigneur des Runes
  • Grim Burloksson / un ingénieur nain
  • Un gyrobombardier
  • Un chariot des mineurs (pour accompagner mes prospecteurs d’or).
  • Et en bonus, une figurine qui servira de pion objectif : une version ligotée du Tueur de Dragon (ça tombe bien car j’ai justement en ligne de mire un scénario de jeu où les nains devront se lancer dans le sauvetage de l’un des leurs qui a été fait prisonnier).

Soit un total de 11 figurines restantes à peindre. À l’heure où j’écris ces lignes, le Tueur de Dragon est déjà passé par la phase des aplats de couleurs et il attend que ses congénères le rejoignent pour un bain collectif dans le Quickshade (et un p’tit tour de manège dans l’essoreuse à salade).

 

Les fusiliers de Khazid Rhyn

Aujourd’hui, je vais parler de deux choses :

Premièrement, une dizaine d’arquebusiers récemment peints viennent rejoindre mon armée de nains. J’ai nommé les fusiliers de Khazid Rhyn.

(Désolé pour les photos un peu pourries, je me rattraperai la prochaine fois. :P)

Le nom de cette unité vient du fait que ces soldats aux tuniques rouges sont tous originaires d’une petite colonie naine appelée Khazid Rhyn. Alors que les nains vivent traditionnellement à l’intérieur des montagnes, ceux de Khazid Rhyn vivent à la surface, dans une bourgade de moyenne importance. Celle-ci jouxte une rivière (qui est très importante pour les différents moulins de la ville) et elle se trouve à mi-chemin entre un massif montagneux et une grande forêt. De plus, une route commerciale passe par Khazid Rhyn ce qui fait que la ville est fréquemment visitée par des marchands et des voyageurs.

Mais la particularité la plus importante de cette colonie, c’est qu’elle située à proximité d’une carrière de soufre. Or, comme tout le monde le sait, le soufre est un composant indispensable de la poudre noire. Non seulement Khazid Rhyn fait de gros bénéfices en exportant du soufre, mais les armes à feu sont une des spécialités de la ville. Presque tous  les habitants possèdent une arme à feu et savent s’en servir. Les arquebuses et les pistolets sont une passion pour les jeunes nains qui rivalisent d’ingéniosité pour améliorer sans cesse leurs armes. Des concours de tir sont régulièrement organisés dans les foires et les fêtes de la ville.

Les fusiliers de Khazid Rhyn sont donc des arquebusiers nains qui ont quitté leur colonie pour offrir leurs services à un seigneur ou un thane nain, soit pour la gloire, soit pour tester et perfectionner leurs compétences sur le champ de bataille.

Comme ceux qui les ont précédés sur mon atelier de peinture, ces nains ont été peints très simplement. C’est-à-dire que je me suis contenté de simple aplats avant de les tremper dans le Quickshade puis de les vernir et décorer leurs socles.

Le passage au vernis mat en a altéré quelques-uns qui ont vu leurs couleurs se ternir, mais je ne désespère pas : j’ai commencé à choper le coup pour avoir un vernis comme il faut et les figurines suivantes (dont je posterai prochainement les photos) s’en sont mieux sorties après le passage à la bombe.


Voilà pour ces adorables nains. Maintenant la deuxième chose que je souhaite écrire : mon score de peinture a explosé pendant le mois de juillet.

Il y a un mois de ça, je postais un compte-rendu mi-annuel de mes activités figurinistes. Or depuis le début de l’année jusqu’à la fin du mois de juin, j’avais peint 35 figurines. Un score que je me suis d’ailleurs promis de tripler d’ici la fin de l’année, donc au moins 105 figurines d’ici le 31 décembre.

Et bien figurez-vous que ce mois de juillet fut particulièrement productif puisque j’ai peint 43 figurines !
Cela porte le total à 78 figurines peintes cette année. Évidemment, je suis assez fier de moi ce coup-là.

Voyez le pic de production entre juin et juillet. 😀

Qu’est-ce qui explique ce pic soudain ?

1) La motivation sûrement. D’une part, je me suis fixé un objectif à atteindre et d’autre part les figurines peintes rendent les parties beaucoup plus agréables à l’œil ce qui est évidemment gratifiant.

2) Je m’étais fixé en début d’année une limite au nombre de figurines que je peux acheter : à savoir 1 figurine à raison de 10 figurines peintes/revendues. Sachant que j’ai déjà pratiquement revendu tout ce dont je ne voulais plus. Donc forcément si je veux en acheter des nouvelles, il n’y a pas 36 solutions : il faut que je peigne !

3) La technique de la trempette dans le Quickshade/la lasure. Cette technique permet de gagner un temps précieux quand on peint des figurines à la chaîne ! En outre, c’est également reposant puisque cela nécessite moins de concentration de la part du peintre. Par conséquent, la peinture de régiment devient nettement moins rébarbative, ce qui ne peut qu’améliorer la productivité.

Du coup, serais-je aussi productif dans les semaines et mois à venir ?
La réponse est : je ne sais pas, je vais essayer de continuer à en peindre autant que possible, mais je doute de garder le rythme. Tout simplement parce que je ne pense pas que je vais étendre la technique de la trempette dans le quickshade à toutes les armées que j’ai à peindre. Certaines unités qui attendent le coup de pinceau me plaisent beaucoup et en conséquence je vais probablement les chiader (= passer du temps à les peindre méticuleusement).

Néanmoins, ma production a fait un bond en avant, il me reste encore des nains à peindre (et à tremper) et l’objectif des 105 figurines peintes d’ici la fin de l’année est carrément à portée de main (27 figurines à peindre quoi).

En attendant, je posterai prochainement d’autres figurines que j’ai peintes ces derniers jours.

À bientôt ! 😀

La compagnie des haches téméraires

En avant toute les gars ! On va leur montrer à ces gobelins de quel bois se chauffent les haches téméraires !
— Borikk le hardi, chef de compagnie

Le lundi, c’est la journée des dawi* ! Pour fêter ça, voici donc une unité de guerriers nains que j’ai récemment peints pour Warhammer.

Tout comme les prospecteurs d’or de mon dernier article, ces nains proviennent de la boîte de base de warhammer battle 7ème édition : la bataille au Col du Crâne. Après avoir dormi dans leur valise montagne pendant des éons, ils ont enfin eu le privilège de recevoir une couche de peinture avant de partir sur les champs de bataille pour affûter leurs haches sur les crânes de leurs adversaires (et se couvrir d’or et de gloire à l’occasion).

Je les ai peints en vitesse, c’est à dire avec de simples aplats, sans éclaircissement ni relief, avant de les tremper dans la lasure acrylique. Cette méthode est vraiment idéale pour peindre rapidement des régiments de petits bonzomm’ sans avoir besoin de passer du temps à chiader les détails : la lasure se charge de faire ressortir les reliefs justement.

Avec ces p’tits gars, ça me fait 20 nains de peints. Or il m’en reste encore… 29 à peindre. Hardi les gars ! C’est pas encore fini mais on en viendra à bout de cette pile de plastique !

Je continuerai à vous sortir du nain poilu dans les prochains jours, mais je causerai aussi d’autres trucs (y aura des écailles, de la baston et la quête de la gloire, rien que ça).

Sur ce, à la prochaine.

*dawi = c’est ainsi que les nains se désignent dans leur langue.

 

 

Les prospecteurs d’or

« Hey ho ! Hey ho ! On rentre du boulot ! »

Aujourd’hui, je poste ma première unité de nains entièrement peinte pour Warhammer. Il s’agit de mineurs nains issus de la boîte de base « la Bataille au Col du Crâne » qui date de l’époque de Warhammer Battle (7ème édition).

Je les possède depuis presque 10 ans (sachant qu’ils ont passé le plus clair de leur temps à dormir dans une mallette de figurines). Je les ai ressortis pour Age of Sigmar, puis resoclés (avec des socles ronds en MDF) et je commence à les peindre !

Pour la peinture de ces nains, j’ai décidé de procéder différemment. Afin d’accélérer la cadence, j’ai commencé par peindre (à partir d’une sous-couche blanche) uniquement des aplats. Pas de lavis, de brossage à sec ou d’éclaircissement, juste la couche de base pour chaque couleur (en tâchant de limiter mon choix de couleur pour gagner un peu de temps).

Voici ce que ça donne :

Ensuite de quoi, j’ai plongé les figurines dans de la lasure, aussi appelée Quickshade de chez Army Painter (strong tone). C’est une sorte de vernis marron, légèrement visqueux (d’ailleurs il faut bien le touiller avant de s’en servir). Après trempé chaque figurine dans le pot à l’aide de vieilles pinces, je les ai mises dans une essoreuse à salade cheap achetée chez Carrefour pour l’occasion. Pourquoi une essoreuse à salade ? Pour pouvoir « essorer » les figurines et les débarrasser rapidement de leur excédent de vernis. Évidemment, vous vous doutez bien que je n’ai pas mouliné le tout comme une brute : bien que les figurines soient toutes en plastique monobloc, j’ai veillé à actionner l’essoreuse délicatement (si une telle chose est possible).

Et voilà un nain tout mouillé.

Le Quickshade s’installe aussitôt dans les creux et « dessine » le relief de la figurine (comme un lavis global). De plus, la peinture est protégée par la lasure qui agit comme un vernis.

Une fois le Quickshade complètement sec (ce qui demande plusieurs heures), j’ai appliqué du vernis mat en bombe pour éliminer le lustre brillant du Quickshade.

Vous pouvez voir ci-dessous une comparaison avec vernis mat et sans vernis mat.

Hélas, la canicule de ces derniers jours a affecté un peu le vernis mat, rendant les figurines un peu plus ternes que voulu. Mais le résultat reste tout de même acceptable, surtout que le procédé m’a permis de gagner pas mal de temps de peinture.

Et voici les 10 mineurs nains au complet :

mineurs_04
Toi y en a pouvoir cliquer sur la photo pour l’agrandir.

Pour l’anecdote, lorsque je les ai joués dans une partie d’Age of Sigmar (qui s’est d’ailleurs soldée par une branlée monumentale pour moi), ces mineurs nains furent sans équivoque les plus vaillants de mes soldats. Ils ont résisté farouchement (dans la mesure du possible vu l’échec que fut cette bataille) et occasionné de sérieux dégâts à l’ennemi. Il est donc logique qu’ils soient récompensés pour leur vaillance en étant les premiers nains de mon armée à être peints !